Comte Ory Opera comique Role Titre 

« Puisque l’adage nous conseille de finir par le meilleur alors nos derniers mots seront pour Philippe Talbot. Confronté à une partition impitoyable, celui qui reçut le prix du meilleur espoir du Concours Pavarotti en 2008 donne à comprendre tout au long de la représentation la filiation entre le haute-contre baroque et le premier ténor romantique dans le répertoire français. Son interprétation ne doit pas pour autant se raconter en hauteur d’émission, en mixage des registres, en articulation et autres considérations techniques mais par la manière dont le chanteur use d’une large palette d’effets pour offrir du Comte Orycet impossible portrait où ridicule et charme, héroïsme et douceur, trivialité et élégance coexistent comme rarement dans un rôle conçu à la mesure du légendaire Adolphe Nourrit. » Christophe Rizoud –Forum Opéra

«Philippe Talbot tient ici le rôle-titre, parvenant à jouer avec finesse son personnage pourtant souvent caricatural. Il porte sur ses épaules une large part du comique de l’œuvre, par ses travestissements d’abord (les costumes sont imaginés par Christian Lacroix), mais aussi par ses mimiques variées et d’une grande expressivité, prenant un plaisir manifeste à faire le pitre. Son timbre doux au vibrato léger dans le registre médian reste clair dans l’aigu » Damien Dutilleul – Ôlyrix

« Dans le très exigeant rôle du Comte Ory, Philippe Talbot, que l’on avait tant apprécié dans le rôle-titre de Platée, est superbe de virtuosité, d’aisance dans l’aigu et de bagou. Il ne faut pas oublier qu’Ory fut créé par le grand ténor Adolphe Nourrit, et c’est l’un des rôles les plus aigus jamais écrits pour un ténor par Rossini (cinq contre ut-dièse, un contre-ré … et des dizaines de contre-ut !). Chapeau bas donc à Philippe Talbot pour cette performance … justement car on ne sent jamais le désir d’aligner les notes aiguës, mais plutôt d’incarner un personnage dans son ensemble. » Revopéra 

«Philippe Talbot, en Ory, réussit à mettre de l’émotion dans ce personnage dont il préserve l’ambiguïté » Bertrand Renard – Culturebox

« A tout seigneur, tout honneur : Philippe Talbot nous rappelle quel rossinien il est, quel beau timbre aussi (où jamais les suraigus, attaqués avec une souplesse confondante, ne paraissent efforcés), et met tout son art à dessiner un Ory jamais caricatural et finalement très attachant ; la ligne, moelleuse, et les couleurs, d’une palette changeante, accompagnent une présence scénique au tempérament comique sûr. » Chantal Cazaux – L’Avant-Scène Opéra

« Dans le rôle-titre, Philippe Talbot possède une impayable présence scénique » Laurent Vilarem – Opéra Online

« Excellent acteur et familier des tessitures aiguës, le ténor Philippe Talbot campe un irrésistible Comte et se garde de toute vulgarité. » Philippe Venturini – LesEchos

Pecheurs de Perles Bizet   Nadir

Miami grand Florida Opera

 

" French tenor Philippe Talbot, the evening’s Nadir, displayed great vocal projection . He is a solid singer, with a both sweet and penetrating sound " artburstmiami
 

" The tenor role of Nadir was sung by Philippe Talbot. Talbot has a lovely light "French Tenor" voice that navigates the high tessitura of this role beautifully. His rendition of "Je crois entendre encore" was a beautiful as it gets.… Talbot's voice is, hands down, one of the most beautiful tenor voices you will ever hear."     edgemiami

Cappello di Paglia di Firenze  Nino Rota   Fadinard 

 

" On rendra d’abord hommage à la belle performance de Philippe Talbot, dans le rôle très lourd de Fadinard : élégance et très vive présence, sans faute aucune dans son difficile parcours vocal, avec la luminosité d’aigu souhaitable" Opera Magazine 

 

" La distribution est au diapason, à commencer par l’omniprésent Fadinard de Philippe Talbot, dont le fort caractère et le clair ténor tombé des cieux rossiniens font merveille "  Diapason

 

"Mais ce n’est pas lui faire injure que de placer au-dessus de cette troupe parfaite le Fadinard de Philippe Talbot, joué avec art et avec encore plus d’art chanté. On tient là vraiment le grand ténor rossinien à venir " Concert Classic 

Barbiere di Sivilia Rossini Opera de Saint Etienne Almaviva

 

" Sous son apparence juvénile, l’Almaviva de Philippe Talbot recèle des

trésors de subtilité et de maturité vocale que la souplesse du jeu scénique accompagne avec une sorte d’évidence. Après l’air « Cessa di piu resistere », c’est même un tel triomphe que le public espère obtenir un bis : mais en dépit du rappel demandé avec insistance, le chef agite les bras pour demander le silence, qui tarde d’ailleurs à se faire, afin de permettre à la musique de reprendre."  Forum Opera 

Emilia di Liverpool Liverpool Donizetti

Federico 

 

" Philippe Talbot canta questo ruolo con una voce veramente meravigliosa : egli è un autentico tenore lirico e morbido " L'opera 

Les Danaides Salieri Versailles Lyncée 

 

" revêtu des gracieuses suavités et du verbe limpide qui distinguent Philippe Talbot comme une authentique haute-contre d’Ancien Régime " Diapason 

 

 

" Philippe Talbot s’y exprime avec un naturel souverain, il maîtrise fort bien le registre aigu exigé par la partition " Forum Opera 

 

 

"La palme du beau chant revient à Philippe Talbot, délicieux ténor élégiaque pour Lyncée, le héros fragile et malheureux" Concertclassic.com

       Perichole Offenbach New York  Piquillo 

 

" Philippe Talbot’s clear, handsome tenor and adorably hapless comic presence made for a triumphant City Opera debut. " The Classical Review

 

" the appealing lyric tenor Philippe Talbot " New York Times 

 

"Philippe Talbot was stellar as Piquillo, his fervid lyricism matched by dynamic  and mirthful acting, bemoaning the character’s fate and bumbling nature with comedy and sadness. He sung with hearty charm and excelled in duets and   trios."  Classicalsource.com

 

" Philippe Talbot flaunted a honeyed tenor , it certainly didn’t hurt that he bore a striking resemblance to the young Desi Arnaz."  New York Post